ASCO 2020

L’APPROCHE AGNOSTIQUE SE VÉRIFIE

Article

  • Après les données dans le cancer du sein métastatique et dans le cadre de l’évaluation d’anticorps-médicaments conjugués, l’étude DESTINY-Lung 01 de phase II, présentée par E. Smit (Abstract#9504) a évalué le trastuzumab deruxtecan (anticorps monoclonal conjugué avec un inhibiteur de topoisomérase I) à la dose de 6,4 mg/kg toutes les 3 semaines chez des patients (n = 45) présentant un cancer bronchique non à petites cellules métastatique (45 % de métastases cérébrales) avec mutation ou surexpression de HER2. On observe un taux de réponse de 61,9 %, ce qui est très intéressant. En termes de profil de toxicité, on note des neutropénies et des anémies de grade 3, et des pneumopathies interstitielles de grade 2. Ces effets secondaires ont été à l’origine d’arrêt de traitement pour 59,5 % des patients.
  • À partir de DESTINY-Breast 01, des analyses de sous-groupes viennent corroborer les réponses durables et constantes observées avec le traztuzumab deruxtecan dans le cancer du sein métastatique HER2-positif.
  • L’étude DESTINY-CRC01 (Abstract#4000) de phase II a évalué le trastuzumab deruxtecan ou T-DXd ou ds8201, dans le cancer colorectal métastatique chez des patients très lourdement prétraités dont les tumeurs étaient RAS et BRAF wild-type ou sauvages, HER2-positives (plus de 75 % des cas). On observe des taux de réponse importants de l’ordre de 45 % alors que les patients sont en xième ligne thérapeutique, avec des survies globales non atteintes et un contrôle de la maladie dans 83 % des cas. À noter, la survenue de pneumopathies interstitielles chez certains patients.
  • L’essai clinique de phase II DESTINY-Gastric 01 a montré une amélioration statistiquement et cliniquement significative du taux de réponse objective (51 % dans le bras traztuzumab deruxtecan versus 14 % dans le bras chimiothérapie, p < 0,001) et du taux de survie globale (médiane de survie de 12,5 mois versus 8,4 mois, HR = 0,59 ; p = 0,01) chez les patients présentant un cancer gastrique métastatique HER2-positif. Une « Breakthrough Therapy Designation » de la Food and Drug Administration (États-Unis) a d’ailleurs été récemment octroyée pour ces patients.

Dr Sylvie Le Gac

Copyright © 2020 RCFr, les Rencontres de la Cancérologie Française - Tous droits réservés. - Réalisé par l'Agence Profession Santé